Voyages dans les montagnes du Pakistan

Matos

Dans cette rubrique, je vous présente mes choix de matériels, fruit de l'expérience de nombreuses expéditions. 

J'ai découvert le raid avec pulkas de manière empirique en 2003, lors de ma première expédition sur les glaciers d'Hispar et de Biafo. A cette époque, des spécialistes comme Aventure Nordique n'existaient pas, c'est dommage parceque ça m'aurait bien facilité la tâche ! Donc j'ai du glâner des infos disparates et faire des essais en situation. 

En règle générale, le matériel que l'on emmène dans des contrés lointaines, sans aide extérieure possible, se doit d'être efficace, robuste, aisément réparable, et pas trop lourd.

Je commence par l'élément inspensable pour envisager une longue autonomie sur la neige : LA PULKA  

p1040360_copie_2.jpg

A tout hasard, j'avais demandé à l'agence avec qui je travaillais à Islamabad, s'ils avaient des pulkas dans leur remise. A ma grande surprise ils me répondirent par l'affirmative. Curieux, je demandai confirmation et ils me confirmèrent que, dans la langue Burushaski parlée dans la vallée de Hunza, le mot pulka désigne une sorte galette de farine... Il me fallu donc trouver des vrais pulkas, légères et facilement transportables. Lors de mes premières expés, je les louais à l'agence Grand Nord Grand Large à Paris. Il s'agissait des modèles plastiques oranges équipées d'une grosse bâche rouge rivetée. Les brancards métalliques étaient lourds, la fixation à la luge relevait du bricolage, mais le tout était costaud. Je suis tombé dans un trou par temps de brouillard, rien n'a cassé !

p1140825_copie_2.jpg Quand j'ai décidé d'acheter 14 pulkas pour les entreposer au Pakistan, j'ai opté pour des pulkas en plastique plutôt qu'en fibre : plus légères, plus souples, moins cassantes, plus facilement emboitables pour le transport. En cherchant sur internet j'ai trouvé la pulka plastique bleue de Snowsled, la "Ice blue plastic pulk", avec son grand sac rouge à zip très costaud, et ses brancards légers. J'ai pris les brancards mais pas la planchette prévue pour rigidifier le fond de la luge, que je juge trop lourde. J'ai déjà pu transporter 16 jours d'autonomie avec ces pulkas, chargées à 40 kg environ. 

p1030781_copie_2.jpg

Pour les transporter au Pakistan, j'ai acheté 2 grandes housses prévues pour des planches à voile, que j'ai fait retailler chez un cordonnier car elles étaient trop grandes ! Je me retrouve avec des requins sur mes housses de pulkas ! Mais c'est solide et ça protège bien des chocs. Dernièrement j'ai acheté une housse de surf (de mer), idéale pour mettre 2 pulkas. 70 € envrion. Pour le transport dans les jeeps, sur les yaks ou à dos d'homme, ces protections sont très importantes. 

 

p1070900_copie.jpg Ce matériel a fait 5 expéditions, soit environ 70 jours de terrain. Je change quelques luges quand elles ont trop frotté sur les cailloux et qu'un trou apparait. Je vais essayer d'éviter les cailloux. Les grands sacs sont intacts ! Du très bon matos. Pas un zip n'a sauté. Les brancards sont ok, sauf la barre médiane dont les fixations en plastique rigide qui s'attachent au barres de traction cassent aisément dans les torsions en cas de renversement. Je l'ai signalé à Roger Daynes mais ses nouvelles attaches qu'il m'a envoyées cassent encore... Mais ça fonctionne quand même sans la barre centrale. Ce point a peut-être évolué. Les sangles sont ok, il faut prendre quelques boucles / clips de rechange car elles peuvent casser si on marche dessus. Les ceintures de hallage sont indestructibles et confortables. On perd parfois la goupille de fixation au brancard, mais on peut réparer avec du fil de fer sans problème.

En savoir plus au sujet des pulkas Snowsled sur le blog www.skirandonnenordique.com

 

photos_pulkas_copie_copie.jpg

 

 

 

 

Hindukush Ski Tour - Ce nouveau programme n’est pas moins que l’exploration à skis du massif le plus englacé de l’Hindukush, situé au bout du bout de la vallée de Chitral, à deux pas de l’Afghanistan et de la Chine. Le coeur de ce massif (le Chiantar) ne semble avoir été parcouru qu’une seule fois en 1967, par une équipe austro-allemande, qui a grimpé le point culminant, le Koh-i-Chiantar à 6416 m. 

La première édition de ce voyage sera une aventure inédite, à la découverte d'une des régions les plus secrète d'Asie Centrale.

Du 20 avril au 18 mai 2019

Contact et renseignements

Lire la suite...
 

Hindou-Kouch - Karakoram - Himalaya - II

Deuxième édition de ce grand circuit qui débute par un séjour en Hindou Kouch, dans le pays des Kalashs et des Khowars, se poursuit dans le massif du Karakoram au sein du pays Hunza, et qui s’achève dans l’Himalaya du Diamir, au pied de Nanga Parbat.

Du 14 septembre au 05 octobre 2019

Contact et renseignements 

 

Lire la suite...